Panier Mon panier
0

Queendomino: les photos reportages

Queendomino en version surdimensionnée.

Chez Blue Orange, l'auteur Bruno Cathala a encore frappé en présentant Queendomino. Bien que née après lui, Queendomino est à voir comme une grande soeur à Kingdomino: le jeu reprend la même mécanique de base, mais l'enrichit de nouvelles mécaniques qui le rendent plus sophistiqué et plus stratégique. Si vous êtes amateurs de jeux épurés, vous trouverez votre bonheur avec Kingdomino, si un poil de sophistication et de stratégie supplémentaire ne vous font pas peur, alors votez pour Queendomino.

La question qui vient d'office est: si j'ai Kingdomino, est-ce que Queendomino fait doublon. La réponse est non, car petits veinards que vous êtes, vous pourrez même combiner les deux jeux pour faire un "super Queendomino".



Le vainqueur du tournoi gagne un Queendomino et une tour de distribution de dominos!

Une partie de Queendomino

Queendomino

Queendomino

Jolis sourires autour de Queendomino

Queendomino

Queendomino

Relecture des règles de Queendomino

Queendomino

Et je termine ce reportage avec une photo de la gagnante du tournoi Queendomino...

Mais avant de plonger dans la foule, on s'offre un petit plaisir. Presqu'un dessert avant le repas. Dans son agenda de fou, Bruno Cathala nous a réservé la première heure du salon pour nous faire découvrir son nouveau bébé ludique: Queendomino.

Queendomino, c'est la "grande soeur" de Kingdomino. Ce n'est pas une extension de Kingdomino, mais un nouveau jeu qui s'appuie sur la même mécanique, avec des règles enrichies.

Pour ceux qui connaissent Kingdomino, la grande nouveauté de Queendomino, ce sont les nouveaux territoires de villes, qui sont rouges. Par défaut, les villes sont vides et ne rapportent rien. Ah bon? Oui, car ce n'est pas si simple: pour équiper ces villes vides, vous allez acheter des bâtiments, avec de l'argent (vous en aurez reçu au début de la partie).

Les bâtiments ont des effets variés. Ils peuvent par exemple rapporter de l'argent (pour acheter des nouveaux bâtiments ou gagner des points de victoire si vous ne le dépensez pas), des chevaliers (qui vous rapporteront de l'argent plus tard), des points de victoire, des tours etc. Les tours attirent la reine (la fameuse queen) chez le joueur qui en possède le plus. La reine permet d'acheter des bâtiments à prix réduit, et offre une couronne pour le calcul des points de victoire en fin de partie.

En bref, Queendomino a le potentiel de plaire à beaucoup de monde: les joueurs qui ont Kingdomino et qui veulent poursuivre l'aventure avec de nouvelles règles, ou les joueurs qui ont fait l'impasse sur Kingdomino et cherchent un jeu plus sophistiqué.

Oui, mais, si j'ai Kingdomino, ça ne fait pas un peu doublon? Pas du tout, vous êtes même un petit veinard, parce que Bruno Cathala vous suggère même de combiner les deux jeux et réaliser des territoires 7x7 à 4 joueurs!



Pour le coup, un autre auteur Yohan Lemonnier nous accompagne dans cette partie de découverte.

Nous jouons sur la version surdimensionnée du jeu. Et ce n'est pas peu dire, la grande table a tout juste de quoi tenir nos constructions.



Carine se régale, elle applique une stratégie qu'elle avait annoncée au début de la partie: construire un maximum de villes. Et visiblement, ça rapporte! Probablement parce que nous la laissons un peu trop faire: on ne lui pique pas assez les tuiles de villes, et on ne profite pas suffisamment du dragon qui peut détruire des bâtiments disponibles à l'achat.

Après une partie bien amusante, Carine a explosé le score de fin de partie. Du coup, Bruno Cathala fait la moue ;-)

Allez, le même en gros plan pour apercevoir les scores: 84 pour Carine, et 42 pour Bruno qui ferme la marche... Quel auteur galant! :-)