Panier Mon panier
0
Panier

Orbis: les photos reportages

Sur l'espace Asmodee, l'éditeur Space Cowboys met en avant le jeu Orbis avec des posters immenses et magnifiques.

Orbis s'inscrit dans la lignée de Splendor, un autre grand succès de l'éditeur. Quand je dis dans la lignée, je veux juste dire que les deux jeux sont comparables point de vue complexité, durée, fluidité, et mariage de réflexion tactique et stratégique. Ce qui me fait dire que les joueurs qui ont aimé Splendor ont de bonnes chances d'aimer Orbis. Mais à part cela, le thème, la mécanique et l'expérience de jeu sont très différents, et c'est tant mieux!

J'ai déjà rédigé un très long compte-rendu sur Orbis, mais en gros, chaque joueur bâtira un monde sous la forme d'une pyramide, au sommet de laquelle il placera un dieu. La construction de terrains dans votre monde coûte progressivement de plus en plus de cubes d'"adorateurs", et ce sont justement les terrains qui vous permettent d'obtenir des "adorateurs". Vous devez donc gérer vos revenus-dépenses pour acquérir les terrains que, d'une part vous avez la possibilité d'ajouter à votre monde et, d'autre part, ceux qui sont les plus intéressants pour vous.

Le jeu Orbis a une dynamique toute particulière, que je trouve originale et que j'aime beaucoup, car le jeu se ferme progressivement au cours de la partie, vos choix deviennent de plus en plus limités et peuvent vous inciter à faire des sacrifices en construisant des "terres sauvages" qui ne produisent rien (et vous pénalisent même d'un point de victoire) pour pouvoir poursuivre votre création.



Orbis

Orbis

Orbis

Orbis