Panier Mon panier
0
Panier

Shadows Amsterdam

Galerie photo | Avis de NIM | | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Liens utiles | Commentaires

Dans Shadows Amsterdam, chaque équipe de détectives se déplace dans la ville pour y trouver trois preuves et les ramener au client avant l’autre équipe. Dans chaque équipe, un agent de liaison doit, uniquement à l’aide d’images, guider ses coéquipiers dans la ville. Les détectives doivent interpréter la ou les images pour trouver la case sur laquelle ils doivent se déplacer. Plus vite ils se décideront, plus vite ils pourront continuer leur enquête. Shadows Amsterdam est un jeu dynamique d’interprétation d’images en équipe pour tout type de joueurs. À partir de règles courtes et faciles à appréhender, ressentez le stress de la compétition en temps réel.

Un jeu de Mathieu Aubert,
édité par Libellud (2018)

Prix:25.00 €
Disponibilité:En stock
Votre avantage:❤ 12 points de fidélité (explication)
Ajouter au panier
Cote cœur joueurs: (1 avis)
Joueurs:2 - 8
Âge:à partir de 10 ans
Durée:Court (<30 min)
Public:un jeune ado (8-12 ans)
un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de créativité et de rapidité
Thèmes:Amsterdam
Enquête
Pays-Bas
 
Complexité:    
Réflexion:   concentré
Stratégie:    
Interactivité:   très interactif
Convivialité:    
Contrôle:    
Thème: abstrait  
Graphisme:   joli graphisme
Matériel:    
 
Top Jeux de société pour jouer en famille
Top Jeux de société pour un ado (12-16 ans)
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un jeune ado (8-12 ans)
Jeux de société - pour jouer en groupe
Jeux de société - d'ambiance

Galerie photo


L'avis de NIM

Chez Libellud (l'éditeur de Dixit et Mysterium, parmi beaucoup d'autres), le jeu star cette année est Shadows Amsterdam, un jeu qui puise le principe d'analogie visuelle de Dixit pour en faire un tout nouveau jeu qui se joue entre deux équipes en compétition, et en temps réel sans tour de jeu.

Au centre de la table, l'aire de jeu est supposée représenter la ville d'Amsterdam. Plus précisément, cette aire de jeu est un grand hexagone, composé de cases illustrées. Les illustrations sont des scènes supposées se dérouler à Amsterdam. Comme dans le jeu Dixit, il y a une certaine richesse dans chaque dessin, de façon à offrir de nombreuses possibilités d'interprétation et d'analogie avec d'autres dessin.

Les joueurs se répartissent en deux équipes. Dans chaque équipe, un joueur est l'agent de liaison, et ses partenaires sont des détectives.

L'agent de liaison voit une carte miniature d'Amsterdam (tirée au sort) derrière son paravent. Il est le seul à la voir, les joueurs détectives n'ont pas le droit d'en prendre connaissance.

La carte secrète de l'agent de liaison indique l'emplacement des indices, des clients, et des policiers.

Pour qu'une équipe gagne la partie, il faut que l'agent de liaison aide les joueurs détectives à déplacer la figurine détective (qui commence au centre de la ville) dans la ville d'Amsterdam pour:

  • D'abord trouver trois indices, au choix parmi les six représentés sur sa carte miniature.
  • Ensuite rejoindre un client, à qui le détective est supposé remettre les indices. Si la figurine détective passe sur une case client au cours de son enquête, l'agent de liaison n'a pas le droit d'en informer les joueurs détectives. La recherche du client ne peut se faire strictement qu'après avoir trouvé les trois indices.
  • Le tout doit se passer sans se faire attraper par la police. Chaque fois que les joueurs détectives déplacent la figurine sur une case où se trouve la police, l'agent de liaison doit les en informer et ils doivent prendre un jeton police. Trois jetons polices, et la partie est immédiatement perdue pour l'équipe!

Vous connaissez la composition des équipes et le but du jeu, mais je ne vous ai pas encore expliqué comment on déplace ce fameux détective. C'est pourtant là que se trouve tout le plaisir du jeu!

Donc, l'agent de liaison doit guider les joueurs détectives pour qu'ils déplacent leur figurine détective de façon correcte sur la ville: trouver les indices puis les clients en évitant la police.

La figurine détective à le droit de se déplacer d'une ou deux cases à la fois. L'agent de liaison doit d'abord imaginer une case de destination et observer son illustration (sans l'indiquer aux joueurs détectives). Pour transmettre l'information aux joueurs détectives, l'agent de liaison doit devoir montrer... un autre dessin qui fait office d'indice. En regardant cet autre dessin, les joueurs détectives doivent trouver une analogie visuelle, d'objet, de personnage, de couleur, de situation... avec une case de destination possible. Nous sommes au coeur de l'action et au coeur de toute l'expérience du jeu.

Ce qui est aussi amusant, c'est que chaque équipe a sa propre figurine détective. Les deux enquêtes ont lieu en parallèle... et en temps réel! En effet, il n'y a pas de tour de jeu, chaque équipe progresse au rythme qu'elle souhaite. Un agent de liaison pourrait "bombarder" son équipe de dessins et l'autre progresser plus sobrement. Et, comme dans le lièvre et la tortue, ce n'est pas nécessairement le plus excité des deux qui gagnera le plus vite!

L'avis de NIM - Nous avons essayé (forcément) et adoré! Reprendre le principe d'analogie visuelle que l'on trouve dans Dixit et Mysterium est une excellente idée, pour le transformer en mécanisme de déplacement est une idée fantastique.

Un autre élément essentiel de l'expérience de jeu est la dernière remarque que j'ai faite dans la description du principe du jeu: c'est un jeu en temps réel, mais ce n'est pas pour autant un jeu de rapidité "excité". Un agent de liaison plus lent mais plus pertinent dans ses choix d'indices visuels peut tout à fait faire gagner son équipe plus rapidement qu'un agent de liaison trop pressé.

Une autre excellente idée est que l'agent de liaison n'a pas tous les dessins du monde à sa disposition comme indice visuel. Il n'en a que dix, piochés et posés à côté de la ville. Mieux encore, ces dix dessins sont communs entre les deux agents de liaison, ce qui crée une certaine compétition aux indices visuels. Chaque fois qu'une carte d'indice visuel est utilisée, elle est remplacée par une autre de façon à ce qu'il y en ait toujours dix.

Est-ce que j'ai encore le temps de décrire une autre excellente idée? Allez, je vous la décris: les deux agents de liaison ne tirent pas leur carte miniature (décrivant la position secrète de tous les éléments du jeu) tout à fait au hasard. En fait, ils doivent choisir le même numéro de mini-carte. Grâce à ce choix corrélé, les détectives ont une information: chaque agent de liaison voit 6 lieux avec un indice sur sa carte. Parmi ces 6 lieux, 3 sont en commun entre les deux agents de liaison et 3 sont différents. Quand une équipe trouve une case indice, l'autre équipe peut se dire qu'il y a une chance sur deux pour que cette case corresponde aussi à un indice pour elle. Ce qui peut l'aider à avancer plus rapidement dans la ville.

Et pour ceux qui se seraient posé la question: la ville se construit de façon modulaire, ce qui fait qu'elle change d'une partie à l'autre. Ce qui évite le sentiment de répétition.

Bref, rien dans la règle du jeu n'est innocent. Tout contribue à ce que l'expérience ludique soit riche, et le résultat est là: on s'amuse beaucoup!

Les raisons d'aimer

  • Une nouvelle expérience ludique, construite autour du principe d'analogie visuelle de Dixit.
  • L'idée d'une partie "en temps réel" plutôt qu'au tour par tour.
  • Malgré le temps réel, ce n'est pas un jeu "excité": la victoire ne vient pas des mouvements rapides, mais de la pertinence des propositions visuelles.
  • Les jolies illustrations

On pourra reprocher

  • Le matériel de jeu est un peu léger par rapport à la ligne éditoriale de qualité habituelle chez Libellud. C'est la seconde fois après "Attack of the Jelly Monster" et on espère que ça ne deviendra pas trop une habitude.

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

rolft TOP 10 CONTRIBUTEURS

100 avis - 100 notes - 1er contributeur
posté le 13/11/2018

Croisement réussi

Shadows Amsterdam est le parfait croisement entre Mysterium (faire deviner des images avec d’autres images) et Code Name (grille d’indices à faire deviner à ses partenaires de jeu).

S’ajoute la notion de vitesse pour une course entre équipes.

Une bonne variation de ce type de jeux donc.

Nombre de parties: une partie jouée (1)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Reportage photo

Consultez les 6 photos de reportage de "Shadows Amsterdam". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Liens utiles

Vos commentaires