Panier Mon panier
0

24/10/2013: Essen 2013: la grande fête des jeux de société

Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | Page suivante

Pearl Games

Voilà un éditeur dont on apprécie la progression puisqu'il est belge, et mieux encore hennuyer (comme Jeux de NIM).

Sébastien Dujardin est un grand amateur de la chose ludique. Il a longtemps été un grand fidèle de nos soirées jeux. Il y a quelques années il a décidé de se lancer dans l'édition. Il a choisi une voie qui correspond à ses propres aspirations: celle du jeu plutôt "gamer", c'est-à-dire du jeu plutôt stratégique, malin et sophistiqué.

Ce n'est pas une volonté mais plutôt une coïncidence, mais tous ses jeux se sont articulés autour d'une ville: Troyes, Tournay (le Tournai du Moyen-age), Ginkgopolis (une ville futuriste et imaginaire, qui fait un peu exception dans la série), et cette année Bruxelles.

Le choix de Bruxelles n'est pourtant pas une volonté initiale, puisque le jeu est surtout axé sur l'histoire de l'art nouveau, à la frontière du 19ème et 20ème siècle. Mais comme la ville de Bruxelles est un peu le berceau de l'art nouveau, en particulier grâce à Victor Horta, et que le choix de Bruxelles s'intègre naturellement dans la lignée de Pearl Games, c'est ainsi que le jeu a trouvé son nom. Pour être tout à fait précis, le jeu s'appelle Bruxelles 1893.

La signature de Pearl Games, c'est l'esthétique toute particulière de ses jeux, qui sort volontairement des sentiers battus. Les joueurs blasés des 1000 jeux illustrés par Michael Menzel respirent de découvrir un genre alternatif. Après, on aime ou on n'aime pas, mais l'éditeur a le courage d'oser la différence.

Il faudrait être bien difficile pour ne pas être séduit par l'esthétique de Bruxelles 1893. La couverture du jeu est absolument fantastique, un vrai travail d'artiste, et dans un style parfaitement en ligne avec le courant artistique. Le matériel de jeu est lui aussi à la hauteur.

Chaque joueur est un architecte qui développe sa renommée mesurée en points de victoire. Au cours de la partie, le joueur posera ses assistants sur le plateau Art Nouveau ou sur le plateau Bruxelles. Sur le plateau Art Nouveau, chaque case offre une action et n'est disponible qu'à un seul joueur. Le joueur doit y poser un assistant et une mise qui lui permet de participer à une enchère pour gagner une carte bonus. Sur le plateau Bruxelles, tous les joueurs peuvent miser sur toutes les actions, mais chaque nouvelle réalisation d'une action coûte un assistant de plus que la précédente. Globalement, il est donc important de jauger l'importance des actions pour vous-même et pour les autres joueurs, de manière à placer vos assistants aux bons endroits et au bon moment. La variété des actions disponibles, des effets des lieux de Bruxelles, des bonus et des notables est tellement énorme que le jeu présente une très grande richesse, mais aussi une certaine complexité.

A noter que le jeu sera disponible en magasin rapidement, en particulier à l'horizon des fêtes de fin d'année ;-)

Bruxelles en action. Le jeu a été pratiqué non-stop, de la première à la dernière minute du salon, par des dizaines de joueurs sur le salon. Le meilleur indicateur de son succès, c'est que les boîtes du jeu se sont vendues rapidement, parfois à des joueurs qui le prenaient les yeux fermés par confiance à Pearl Games, et parfois par des joueurs qui sortaient de table et étaient enchanté de l'expérience de leur première partie.

Zoom sur le magnifique matériel de jeu.

Sébastien aux explications, Anaëlle au comptoir pour les acheteurs.

Superbe couverture de jeu.

La rançon du succès, le jeu est sold out dans toutes les langues!
Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | Page suivante