Panier Mon panier
0

Avalam

Galerie photo | L'avis de NIM | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Collections | Liens utiles | Commentaires

Par empilements successifs de piles de pions, chaque joueur tente de constituer un maximum de piles de 1 à 5 pions dont le sommet lui appartient.

Un jeu de Philippe Deweys,
édité par Art of Games (2009)

Mensa Select (ÉTATS-UNIS)
Jeu de l'année (1998)
Prix:32.00 €
Disponibilité:Non disponible
Cote cœur joueurs: (2 avis)
Joueurs:2
Âge:à partir de 8 ans
Durée:Court (<30 min)
Public:un jeune ado (8-12 ans)
un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de placement et d'empilement
Thèmes:Abstrait
 
Complexité: simple  
Réflexion:   concentré
Stratégie:   très stratégique
Interactivité:   très interactif
Convivialité: très calme  
Contrôle:   grand contrôle
Thème: très abstrait  
Graphisme:    
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour un jeune ado (8-12 ans)
Top Jeux de société pour un ado (12-16 ans)
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société pour 2 joueurs
Top Jeux de société de stratégie
Top Jeux de société en bois
Jeu en bois

Galerie photo


Le plateau de jeu en fin de partie. Lorsque plus aucun mouvement n'est possible, chaque joueur compte le nombre de piles dont il occupe le sommet. Le joueur qui en compte le plus gagne la partie. Voilà, c'est aussi simple que cela!

L'avis de NIM

Petite intro historique - Art of Games est une petite entreprise de fabrication de jeux gérée par Vincent Sélenne. Pour ceux qui naviguent un peu sur la toile, Vincent a fabriqué le jeu Dalapapa de François Haffner, occasionnellement auteur mais surtout webmestre du riche site Internet JeuxSoc.

Mais voilà, Vincent est aussi joueur, et le voilà qui tombe un jour sous le charme d'Avalam Bitaka, qui n'a rien à voir avec la position illustrée à la page 69 du Kamasoutra, mais est un jeu de société abstrait inventé en 1995 par Philippe Deweys. Découvrant que le jeu n'est plus édité, Vincent décide donc de le faire renaître.

Pour cette réédition, il décide de reprendre le principe de la fabrication en bois mais, plutôt que les traditionnelles déclinaisons de bois naturel, Vincent décide de se lancer dans les tons (franchement) flashy.

C'est sûr, le premier coup d'œil surprend. Mais finalement, on s'y habitue vite. Je vous assure qu'après quelques parties, la vue du plateau original, en bois naturel, paraît tristounette.

Oui mais et le jeu alors? - Je dis souvent qu'un indicateur de l'aboutissement d'un bon jeu de réflexion est sa règle épurée. Si c'est le cas, alors Avalam est un jeu franchement abouti, parce que l'explication de sa règle tient en quelques phrases: voyez pour cela les commentaires de la galerie photo ci-dessus.

C'est tout? - Oui, c'est tout pour la règle, mais la pratique du jeu est d'une très grande subtilité.

Pour les amateurs du projet GIPF de Kris Burm, le jeu fait penser à DVONN. La règle plus simple d'Avalam fait croire à un jeu plus simple également. Mais il n'en est rien.

En fait, la contrôlabilité d'Avalam est très grande, le jeu est dynamique et incisif. Après chaque empilement, un trou se crée sur le plateau et réduit ainsi la surface de jeu et par conséquent les libertés de déplacement.

Rapidement, des îlots se forment l'un après l'autre, sur lesquels vous devez compter correctement la séquence de mouvements (dans un style du jeu Babylone) pour prendre la main ou au minimum maintenir l'équilibre. Les sacrifices sont fréquents: mieux vaut assurer une égalité sur un îlot que laisser l'adversaire prendre la main. Avec la pratique, on apprend à "lire" le destin d'un îlot, ce qui amène à apprendre à fabriquer des îlots qui mènent à la victoire.

Toute cette simplicité de règle pouvant amener à tant de richesse.

C'est donc un jeu pour s'éclater les neurones? - Si vous le souhaitez, vous le pouvez. Mais pratiquement le jeu est bien plus dynamique que cela. Au cours de la partie, vous vivrez une alternance de mouvements déterminants (qui mènent à la création de ces fameux îlots) et d'autres mouvements plus rapides et décisions simples.

Le grand avantage d'Avalam réside justement dans la simplicité de sa règle: vous pouvez rapidement initier des amis. Vous pouvez aussi très facilement jouer avec des enfants, ou faire jouer des enfants entre eux. Comme pour le jeu de Dames, l'apprentissage rapide de la règle permet de rapidement se concentrer sur la recherche de stratégies.

Avalam s'inscrit dans le top des jeux abstraits sur ce site, pour la pureté de son mécanisme et sa richesse ludique.

Les raisons d'aimer

  • Expliqué littéralement en quelques secondes et pourtant d'une grande richesse ludique.
  • Du matériel en bois, des pions stables bien adaptés à l'empilement.

On pourra reprocher

  • Les couleurs flashy génèrent des réactions variées.

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

suncomesup

20 avis - 20 notes - 27ème contributeur
posté le 08/03/2012

Pour tous

Facile à apprendre, pas facile à gagner. Même de très jeunes peuvent y participer.

Nombre de parties: beaucoup de parties jouées (plus de 5)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Altar

0 avis - 81 notes - 24ème contributeur
posté le 03/10/2014

Cote cœur:

Reportage photo

Consultez les 51 photos de reportage de "Avalam". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Les collections des joueurs

Les joueurs du site ont classé le jeu dans les collections suivantes:

Liens utiles

Vos commentaires

Gamesfan (non connecté)

posté le 17/11/2009 10:30:40

Des règles simplissimes, et pourtant un jeu stratégique redoutable !

De plus, le fait de jouer avec les pions de l'adversaire ouvre plein de nouvelles possibilités.

A recommander !

marcuswilm (non connecté)

posté le 25/09/2014 15:04:31

Ce joli jeu en bois fêtera bientôt son 20ème anniversaire.
Mon clin d'oeil en passant à son inventeur Philippe Deweys qui, avec ce jeu, remporta l'As d'Or du Jeu de Stratégie décerné à Cannes en 1996.

Le nombre de situations de jeu qu'on peut rencontrer est - n'ayons pas peur du mot - INFINI !
S'il est facile de calculer exactement le nombre de mouvements possibles qui se présente au joueur à un moment déterminé de la partie, le nombre total des combinaisons différentes de tous les mouvements au cours de cette partie est difficile à déterminer avec précision, tant il est gigantesque (et ce qualificatif est vraiment modeste, d'autant plus que nous sommes entrés depuis pas mal de temps dans l'ère du gigabyte).

En se permettant de rester assez vague, on peut estimer que le nombre de parties différentes qui pourraient être jouées à ...1.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000. 000.000.000.000.000 !!

Si on multiplie ce nombre "inimaginable" par la distance qui sépare chaque pion sur la tablette de jeu (environ 2 cm.), on atteint une longueur de 5.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000 milliards d'années-lumière.

La lumière, qui se ballade à la vitesse approximative de 30.000.000.000 de centimètres par seconde, n'a pas encore assez éclairé la jolie tablette d'Avalam Bitaka pour que ce jeu puisse nous révéler toutes les merveilles qu'il recèle.

:-)