Panier Mon panier
0

Le Hobbit - un voyage inattendu

Galerie photo | L'avis de NIM | Autres jeux à voir | Liens utiles | Commentaires

"Dans un trou vivait un hobbit..." Ainsi commence l’aventure de Bilbon Sacquet. Vous l’accompagnerez d’ailleurs dans ce voyage inattendu aux côtés de Thorin et de sa compagnie. Sans oublier Gandalf qui vous aidera à affronter trolls, gobelins et ouargues. Prenez aussi garde à ces chasseurs orques qui ont pour mission de vous capturer. De la Comté aux Monts Brumeux, votre périple ne sera pas sans dangers. Votre aide permettra-t-elle à Bilbon d’obtenir le précieux Anneau magique qui rend invisible? "Le Hobbit : Un voyage inattendu" est un jeu coopératif. Ainsi, tous les joueurs remportent la partie ensemble lorsque Bilbon et un nain de chaque joueur occupent la case Objectif. Ils doivent réussir ceci avant que le jeton Orque n’atteigne la dernière case de son parcours. Comme il s’agit d’un jeu coopératif, les joueurs peuvent révéler en tout temps leurs cartes et stratégies.

Un jeu de Andreas Schmidt,
illustré par Bernd Wagenfeld,
édité par Filosofia (2012)

Cote cœur joueurs:postez un avis
Joueurs:2 - 4
Âge:à partir de 10 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de parcours coopératif
Thèmes:Adaptation littéraire
Affrontement guerrier
Fantastique
Voyage
 
Complexité:    
Réflexion:   concentré
Stratégie:    
Interactivité:   très interactif
Convivialité:    
Contrôle:    
Thème:    
Graphisme:    
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour jouer en famille
Top Jeux de société de coopération
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un ado (12-16 ans)
Jeux de société - pour un adulte (16 ans et +)

Galerie photo


Vue d'ensemble du matériel de jeu

L'avis de NIM

Les jeux coopératifs sont à la mode. Ils répondent à ceux qui cherchent une forte interactivité dans un jeu, mais sans la rivalité.

Le choix de faire de Le Hobbit - un voyage inattendu un jeu coopératif semble logique. Les joueurs incarnent la compagnie des nains qui embarque Bilbon Sacquet, le Hobbit, dans une aventure périlleuse.

L'histoire, que vous connaissez certainement, est tirée du roman "Le Hobbit" de Tolkien. Ecrit dans les années 1930, ce roman était destiné aux enfants. Plus tard, à la demande du public et de son éditeur, Tolkien écrivit une suite encore plus célèbre: "Le Seigneur des Anneaux". Une suite plus sombre, plus complexe et plus intense destinée à un public plus adulte. Les peuples fantastiques que l'on trouve dans les deux romans compilent de nombreux mythes populaires, et ont inspiré le "médiéval fantastique" que tout le monde connaît aujourd'hui.

Je ne vous ferai pas l'insulte de rappeler que le Peter Jackson a réalisé une adaptation cinématographique exceptionnelle du "Seigneur des Anneaux". A l'heure où j'écris ces lignes, il a aussi adapté le premier tiers du roman "Le Hobbit" dans un film appelé "Le Hobbit, un voyage inattendu".

Le jeu Le Hobbit - un voyage inattendu couvre la même histoire que le film éponyme. Les joueurs vont conduire les nains et Bilbon depuis la comté jusqu'au delà des Monts Brumeux, là où Bilbo découvrira le précieux anneau magique qui le rend invisible. En chemin, ils affronteront de nombreux dangers, mais ils pourront parfois compter sur l'aide du magicien Gandalf pour les affronter.

Le principe du jeu - Le principe du jeu est très simple, destiné à être joué en famille, adultes et enfants.

Le Hobbit - un voyage inattendu est un jeu de parcours parsemé de dangers. Chaque joueur contrôle deux nains à sa couleur. Bilbon (le Hobbit) et Gandalf (le magicien) sont neutres, il peuvent être contrôlés par n'importe quel joueur.

Le but du jeu est d'amener au moins un nain de chaque couleur et Bilbon à la fin du parcours, après le passage des Monts Brumeux.

Gandalf voyage sur un parcours indépendant. Quand il se trouve là où les nains rencontrent un danger, il peut les aider à combattre.

Le plateau de jeu représente le parcours de la compagnie des nains et du Hobbit, et le plus petit parcours circulaire de Gandalf. Il y a de nombreuses cartes, de trois sortes: des cartes de déplacement, des cartes d'action et des cartes d'aventure.

Les cartes de déplacement - Il y en a 5 par joueur. Au début de son tour, le joueur en choisit une pour déplacer un de ses nains sur le parcours.

Les 5 cartes sont donc jouées en 5 tours, ensuite de quoi le joueur les reprend en main pour avoir de nouveau le choix complet au prochain tour.

Il n'y a pratiquement pas de hasard pour les déplacements. Quatre des cinq cartes proposent un déplacement fixe. Seule la cinquième oblige à s'en remettre au dé. En général, on joue la carte dé dans les moments où on peut se le permettre sans danger, ce qui fait que l'on est rarement victime d'un mauvais tirage.

Les cartes d'action - Après son déplacement, le joueur peut jouer autant de cartes d'action qu'il le souhaite, avant d'en repiocher deux.

En gros, les cartes d'actions proposent:

  • Des déplacements de nains, éventuellement en compagnie de Bilbon, et des déplacements de Bilbon ou de Ganfalf seul.
  • Des cartes de combat, requises pour lutter contre les créatures (que l'on trouve sur les cartes aventure) ou pour libérer les nains ou Bilbon capturés.
  • Divers événements.

Parmi les événements, il y en a un très dangereux: la progression du jeton Orque. Si le jeton Orque atteint la case 12, alors la partie est perdue pour tous les joueurs.

Mais ce n'est pas tout, le jeton Orque passe parfois sur une case rouge. Quand c'est le cas, le nain ou hobbit le plus en tête sur le parcours est capturé. Si deux nains d'une même couleur se retrouvent capturés, ou si Bilbon est capturé en compagnie d'un nain, alors la partie est perdue également.

Heureusement, on peut sauver les personnages capturés en jouant des cartes de combat, et il vaut d'ailleurs mieux le faire sans tarder.

Les cartes d'aventure - Bien entendu, ce sont elles qui pimentent le jeu. Les cartes d'aventures représentent des ennemis à affronter avec des cartes de combat, ou des événements que les joueurs subissent plus ou moins fort selon les circonstances.

Le passage des trolls en début de parcours est assez violent en créatures maléfiques. Elles sont gérables en coopérant bien (les nains peuvent attaquer par deux ce qui facilite le combat) et avec l'aide de Gandalf (qui double une carte de combat). Mais elle font perdre un temps précieux.

Dans les monts brumeux, il y a moins de créatures, mais plus d'événements (liés à l'intrigue qui se complexifie dans l'histoire originale). Le plus notable est l'apparition de l'anneau, que les joueurs tenteront de déplacer sur le parcours pour rejoindre Bilbon. Une fois l'anneau enfilé, Bilbon devient invisible et peut finir la traversée des monts brumeux sans danger. On voit encore le lien fort avec l'histoire originale.

Le verdict - Le Hobbit - un voyage inattendu utilise l'approche connue et efficace des jeux coopératifs. D'un côté, les joueurs jouent des actions du "bien" pour progresser vers la victoire; de l'autre, ils tirent des cartes du "mal" qui soulèvent des obstacles en ordre aléatoire.

La progression aléatoire du "mal", c'est l'approche la plus courante des jeux coopératifs: la progression des virus dans Pandémie, le sol qui se dérobe dans L' Île interdite, les fantômes qui apparraissent dans Ghost stories, les quêtes qui s'assombrissent dans Les Chevaliers de la Table Ronde...

De ce point de vue, l'approche est parfaite, puisqu'elle permet de combiner deux contraintes qui paraissent paradoxales: surprendre les joueurs tout en leur faisant revivre des situations connues.

Ce qui est un peu frustrant pour les habitués des jeux coopératifs, c'est le parcours linéaire des nains et de Bilbon, et le fait que la majorité des actions tournent autour de l'avancée ou du recul des personnages sur ce parcours. De l'expérience que nous avons tirée de nos animations, les adultes trouveront généralement le jeu un peu trop limité et préféreront se tourner vers d'autres jeux coopératifs plus sophistiqués. Par contre, côté enfants / ados, et en particulier chez ceux qui connaissent l'univers de Tolkien, ce cadre limité dans lequel les joueurs doivent prendre des décisions coopératives tourne très bien.

J'ai lu que certains comparent le jeu à un jeu de l'oie. Je trouve que la comparaison n'a aucun fondement. Les déplacements sont très peu aléatoires et ceux qui expliquent leur défaite par la petite touche d'aléa jouent bien mal. Les joueurs doivent gérer leur main d'actions coopérativement pour déplacer la communauté, éviter les captures fatales, et affronter les ennemis. La plus grande part de hasard vient des cartes d'aventure, ce qui est le propre de tous les jeux coopératifs.

En mode découverte, vous pouvez gagner pratiquement à coup sûr, à condition de bien coopérer (ça ne me semble pas correspondre à la description du jeu de l'oie). En mode standard, c'est déjà plus difficile (et c'est tant mieux) et rien ne dit que vous pourrez gagner à tous les coups.

Les raisons d'aimer

  • De très belles illustrations
  • On retrouve les éléments de l'histoire originale
  • Une mécanique accessible aux enfants
  • Un vrai challenge pas si aléatoire que ça

On pourra reprocher

  • Des actions et des événements fortement axés sur le déplacement des personnages, ce qui donne le sentiment de scénario très cadré et linéaire.

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

Autres jeux à voir

Liens utiles

Vos commentaires