Panier Mon panier
0

Der Turmbau zu Babel

Galerie photo | L'avis de NIM | La page culturelle | Reportage photo | Autres jeux à voir | Liens utiles | Commentaires

Der Turmbau zu Babel vous invite à être l'artisan de la construction des Merveilles du Monde. Malheureusement, de telles ambitions ne peuvent être satisfaites qu'avec l'aide de vos... adversaires! C'est tout le paradoxe de ce jeu que de vous obliger à coopérer avec vos adversaires pour gagner la partie, et c'est ce qui fait l'originalité et la beauté de ce jeu.

Un jeu de Reiner Knizia,
illustré par Franz Vohwinkel,
édité par Hans im Glück (2005)

Nederlandse Spellenprijs (PAYS-BAS)
6ème prix (2009)
Schweizer Spielepreis (SUISSE)
Jeu de l'année "Stratégie" (2005)
Cote cœur joueurs:postez un avis
Joueurs:3 - 5
Âge:à partir de 10 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de placement et de majorité
Thèmes:Antiquité
Histoire
Mythologie
Urbanisme / Construction
 
Complexité:   complexe
Réflexion:    
Stratégie:    
Interactivité:   très interactif
Convivialité:    
Contrôle:   contrôle
Thème: abstrait  
Graphisme:   joli graphisme
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société de stratégie
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un ado (12-16 ans)
Jeux de société - pour un adulte (16 ans et +)
Jeux de société - de coopération

Galerie photo


Le plateau en situation de jeu. Les joueurs collectionnent des cartes de construction dans le but de gagner les jetons de construction sur les 8 merveilles. Chaque joueur a l'opportunité de déclencher une construction à son tour, et ses adversaires peuvent proposer leur coopération. Si la construction est réalisée (le joueur et les adversaires coopérants parviennent à rassembler les cartes de construction nécessaires), le joueur gagne le jeton de construction, et lui et ses adversaires placent autant de bâtiments qu'ils ont proposé de cartes de construction. Lorsque tous les jetons de construction d'une merveille sont acquis, la merveille est considérée comme construite et les joueurs gagnent des points de victoire en fonction des positions majoritaires de bâtiments sur la merveille.


Le plateau de jeu recto et une magnifique illustration au verso

L'avis de NIM

Le moins que l'on puisse dire est que Der Turmbau zu Babel est un jeu original, dont la mécanique de coopération/compétition intrigue (mais pour notre plus grand plaisir d'amateurs de nouvelles idées de mécanismes).

Le principe à la base du jeu est on ne peut plus simple. Les joueurs piochent et amassent des cartes de construction de 4 types différents (chameaux, grues, bateaux et tailleurs de pierre), puis doivent en défausser en nombre suffisant pour:

  • Gagner un jeton de construction dont la collection rapporte des points en fin de partie.
  • Placer des pièces de construction sur les merveilles. Lorsqu'une merveille est complétée, le ou les joueurs en majorité gagnent des points de victoire.

Jusque là, on a un jeu de pioche-collection-défausse comme on en voit régulièrement, pratiquement comme dans Les Aventuriers du rail.

Mais ce n'est pas aussi simple et c'est ici que le jeu devient original. Dans la pratique, il n'est pas réaliste d'attendre d'avoir toutes les cartes de construction nécessaires, car vous perdriez un temps énorme et ne gagneriez des points que trop rarement: c'est la partie perdue à coup sûr.

Donc, pour pouvoir progresser, vous allez coopérer avec vos adversaires pour réaliser les constructions. Mais quel intérêt auraient-ils à coopérer? C'est tout simple: lorsqu'un joueur vous propose une coopération, il est toujours gagnant, que vous acceptiez ou refusiez! Si vous acceptez, il pourra placer des pièces de construction avec vous sur la merveille, à moins qu'il ne vous cède la place en échange du gain du jeton de construction. Si vous refusez, il gagne immédiatement des points de victoire sans rien construire ni défausser!

Dans un tel système où ce sont vos adversaires qui vous aident à gagner des points de victoire, vous imaginez les dilemmes auxquels vous devez faire face: vous devez balancer votre propre progression par rapport à celle que vous offrez aux adversaires qui vous aident.

C'est tout simplement une idée unique, que je n'ai pas encore rencontrée dans aucun autre jeu, et c'est pour cela que Der Turmbau zu Babel mérite une distinction dans la ludothèque Jeux de NIM.

La règle du jeu est de complexité moyenne, pas beaucoup plus complexe qu'un jeu comme Les Aventuriers du rail ou China. Le plus complexe est de s'habituer à ce mécanisme inhabituel de "coopétition".

Les raisons d'aimer

  • Les superbes illustrations du plateau (y compris le grand dessin au verso du plateau) et la qualité générale du matériel.
  • Le système très original de coopération/compétition, et les dilemmes qu'il génère.
  • La combinaison jeu de placement et jeu de collection qui crée aussi des dilemmes.

On pourra reprocher

  • La froideur des couleurs du plateau.
  • Le thème absent.
  • La carte d'action piochée aléatoirement, offerte au joueur qui clôture la construction d'une merveille (qu'il y soit majoritaire ou pas) peut donner un avantage décisif pour la victoire.
  • La règle suggère des manipulations de pions à chaque tour pour retenir l'ordre du tour de jeu. Oubliez-les tout simplement, elles sont inutiles car l'ordre du tour ne change jamais.

La page culturelle

Au fait, connaissez-vous les 7 merveilles du monde?

J'ai repris les illustrations du plateau de jeu pour vous les énumérer. Il s'agit de:

Le temple d'Artémis à Ephèse
Les pyramides d'Égypte
Les jardins suspendus de Babylone
Le mausolée d'Halicarnasse
Le phare d'Alexandrie
Le colosse de Rhodes
La statue de Zeus en Olympie
Une représentation de la tour de Babel La mosquée de Samarra (source: Encarta) Reconstitution de la Ziggourat de Babylone, appelée "la Maison du Fondement, du Ciel et de la Terre" (source: www.maquettes-historiques.net)

La huitième "non officielle": La tour de Babel. Pour rappel, Babel est le nom Hébreu de Babylone. Il est amusant de remarquer que les représentations occidentales de la Tour de Babel la décrivent comme une tour à base circulaire, alors que le bâtiment de Babylone qui a inspiré le mythe de la tour de Babel, le Ziggourat, est à base carrée. Le seul bâtiment circulaire du bassin de la Mésopotamie qui a pu inspirer les voyageurs occidentaux est le Minaret de la mosquée abbasside de Samarra, dont la forme correspond en tout point aux illustrations que nous connaissons.

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

Reportage photo

Consultez les 2 photos de reportage de "Der Turmbau zu Babel". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Liens utiles

Vos commentaires

Souici (non connecté)

posté le 14/01/2014 16:16:49

Bonjour mon fils doit construire un ziggourat a l argile je voulais savoirs s il l existe un moule ou bien autre chose merci d avance