Panier Mon panier
0

It's a wonderful world

Galerie photo | Avis de NIM | Avis des joueurs | Autres jeux à voir | Commentaires

Dans It’s a Wonderful World, vous êtes à la tête d’un Empire en expansion. Vous allez devoir choisir les routes de votre avenir et vous développer plus vite et mieux que vos concurrents. Vous devrez choisir vos développements pour définir votre stratégie d’expansion, et développer votre productivité afin d’accéder à la domination mondiale.

Un jeu de Frédéric Guérard,
illustré par Anthony Wolff,
édité par La Boîte de Jeu, Origames (2019)

Prix:40.00 €
Disponibilité:Non disponible
Cote cœur joueurs: (1 avis)
Joueurs:1 - 5
Âge:à partir de 14 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de draft et de développement
Thèmes:Développement
 
Complexité:    
Réflexion:   concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:    
Convivialité: très calme  
Contrôle:    
Thème: abstrait  
Graphisme:   joli graphisme
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société de stratégie
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un ado (12-16 ans)
Jeux de société - pour 2 joueurs

Galerie photo



L'avis de NIM

Si vous connaissez quelques jeux de stratégie contemporains, et que je vous dit que It's a Wonderful World a quelque chose de 7 Wonders, Splendor et Century - La route des épices, vous devriez en principe saliver d'envie ludique!

Comme dans Splendor, It's a Wonderful World est un jeu de construction d'un moteur de production de ressources permettant finalement de gagner des points de victoire. Vous commencerez probablement par construire des cartes de modeste prix pour amorcer votre production et, au cours de la partie, vous aurez finalement accès à des cartes très puissantes, tant en production qu'en gain de points de victoire.

Comme dans 7 Wonders, It's a Wonderful World se joue en "draft". Le principe du draft, c'est que chaque joueur reçoit 7 cartes de la pioche en début de manche. Parmi les 7 cartes, le joueur en choisit une et passe le reste à son voisin (de gauche pour les manches 1 et 3, de droite pour les manches 2 et 4, car il y a 4 manches pour toute la partie). Le joueur reçoit donc 6 cartes de son autre voisin, en choisit une nouvelle et fait de nouveau passer le reste... et ainsi de suite. Pour chaque carte choisie, le joueur peut décider de mettre la carte en construction (il devra poser les cubes nécessaires pour qu'elle soit effectivement construite et réalise ainsi ses effets), ou bien de la défausser en échange d'une contrepartie (typiquement une ressource).

Comme dans la série Century, les ressources ne sont pas toutes équivalentes et vont en gradation. A la fin de la phase de construction, on passe à la phase de production (grâce aux bâtiments qui ont été effectivement construites). On suit la ligne de ressources sur le plateau central. Couleur par couleur, on applique tous les effets de construction, ce qui permet parfois de gagner des ressources qui complètent des bâtiments qui produiront des ressources plus loin dans la ligne de ressources. Ce côté combo/cascade d'effets de bâtiments est particulièrement jouissif.

La description pourrait vous faire penser que It's a Wonderful World est un pot-pourri d'ingrédients déjà connu, et vous auriez raison. Mais c'est comme en cuisine, on peut faire un plat surprenant et délicieux en n'utilisant que des ingrédients connus. Avant 7 Wonders, on aurait très certainement crié au génie et vanté l'originalité de It's a Wonderful World. Quelques années plus tard, nous connaissons plusieurs jeux originaux de ce type de stratégie, et il est vrai que nous sommes moins surpris, mais il n'en reste pas moins que It's a Wonderful World est un excellent jeu qui tourne à merveille.

En mode "débutant", les joueurs recevront un plateau "empire" qui leur dictera un objectif particulier de point de victoire. L'objectif guidera très fortement la stratégie de chaque joueur. C'est un avantage quand on est débutant, pour ne pas se perdre dans les choix possibles pendant la phase de draft. Une fois le jeu maîtrisé, passez vite au mode expert, qui vous rend la liberté totale de construire vos propres orientations stratégiques.

Les raisons d'aimer

  • Une magnifique réalisation en graphisme et qualité de matériel.
  • Le draft reste une mécanique de jeu très agréable car elle permet de jouer en simultané, sans temps d'attente.
  • La construction d'un "moteur" de production et de combos de constructions de cartes est l'élément le plus jouissif du jeu.
  • Un mode débutant/expert qui permet de progresser.
  • Le jeu tourne parfaitement à deux joueurs aussi.

On pourra reprocher

  • Un thème étrange.
  • Une interaction toute relative (il y a certes le draft et la course aux majorités de production, mais ça reste une interaction très indirecte).

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

rolft TOP 10 CONTRIBUTEURS

128 avis - 128 notes - 2ème contributeur
posté le 10/03/2020

Paradoxalement inhabituel

IAWW est un jeu de conversion de ressources style Century en mode draft. C’est avec des pieds de plomb que je m’y suis mis car je sature un peu pour ce type de mécanisme.

Et pourtant j’ai adoré.

Dans beaucoup de jeux où l’on marque une salade de points de victoire à la fin, les choix durant la partie se font à la marge et c’est parfois sur de petits détails que se joue la victoire (avoir la bonne carte au bon moment), les joueurs terminant alors dans un mouchoir de poche.

Or rien de tel ici, une fois les courtes règles expliquées, il va falloir faire fonctionner son cerveau. Les points de victoire se méritent et ne tomberont pas du ciel. Dans le cas où l’on a bien agencé son moteur de production, la fin est jouissive et il n’est pas impossible que le vainqueur engrange trois fois plus de points que le dernier. C’est ce que je trouve inhabituel et remarquable à IAWW.

Quant à l’interaction, même si ce n’est pas le point le plus important du jeu, elle est présente via le draft et les majorités à obtenir tout au long de la partie, ce qui n’est pas négligeable.

Nombre de parties: quelques parties jouées (2-5)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Autres jeux à voir

Vos commentaires