Panier Mon panier
0

13/10/2016: Essen 2016: la grande fête des jeux de société

Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | Page suivante

Blue Orange

Chez l'éditeur Blue Orange, voici l'excellent jeu Kingdomino, signé Bruno Cathala. Sur la photo, vous l'apercevez dans sa version surdimensionnée.

Dans Kingdomino, chaque joueur démarre la partie avec un chateau, et va devoir créer un royaume autour de son château. Le royaume consiste en une grille de 5x5 cases, que l'on remplit avec le château et 12 "dominos" de 2 cases.

A la fin de la partie, le royaume sera formé de plusieurs territoires. Un territoire, c'est un ensemble de cases contiguës d'un même type (par exemple, une zone de forêt ou de mer). Chaque territoire rapportera un nombre de points de victoire correspondant au nombre de cases multiplié par le nombre de couronnes dessinées sur les cases du territoire. A cela, vous ajoutez des bonus: 10 points si le château est exactement au centre du carré 5x5, et 5 points si le territoire forme un carré parfait de 5x5 sans aucun trou. Le joueur qui a le plus de points gagne la partie.

A 2 joueurs, on peut pratiquer le jeu en mode "expert" en construisant un carré de 7x7. Le jeu devient encore plus prenant pour l'optimisation des territoires!

La mécanique de choix des dominos est originale et impose un dilemme (une formule que Bruno Cathala adore) entre la puissance des tuiles que vous choisissez et la position que vous prendrez dans le prochain tour de jeu.

En bref, la règle de Kingdomino s'explique très simplement, le jeu est relativement calculatoire mais avec des choix tactiques simples, ce qui en fait un jeu à la fois malin mais pas brise-neurone, qui plaira à coup sûr aux joueurs qui aiment réfléchir sans devoir s'investir dans un jeu qui dure trop longtemps.



Kingdomino dans son format standard en action.

Vous pensez bien que je ne vais pas louper l'occasion d'une bafouille signée par Mr Cathala himself! De quoi assurer à Kingdomino de rejoindre ma "ludothèque légendaire" (c'est le surnom que je donne à la petite partie de ma ludothèque des jeux qui sont destinés à rester à mes côtés pour le plaisir ludique et/ou sentimental qu'ils me procurent).

Et tant qu'on peut en profiter, Cyril Bouquet, l'illustrateur de Kingdomino, m'offre également un petit dessin dans le couvercle de la boîte de jeu. Je suis comblé :-)

Le jeu "Vickings on board" est superbe en version surdimensionnée. Mais pour être complet, il est aussi superbe dans sa version normale.

Il faut dire que les drakkars en 3D sont du plus bel effet. Ces drakkars, ce sont les joueurs qui les composent et les équipent en choisissant des actions sur la piste d'action en dessous du plateau de jeu. Plus vous choisissez une action puissante, plus vous jouerez en dernière position au prochain tour de jeu (tiens, on retrouve une familiarité avec Kingdomino). L'action la plus importante consiste à envoyer des drakkars en mer et à en récolter les points de victoire.

"Vickings on board" est en équilibre entre jeu familial (car la simplicité de ses actions) et jeu passionné (pour l'importance de ses choix tactiques, pour la force de son interaction et même des alliances qu'elle suscite).



Vickings on board en action

Vickings on board en action

On retrouve aussi une partie de New York 1901, une autre incursion de Blue Orange dans les jeux de type "familial+", comme pour "Vickings onBoard".

Dans New York 1901, les joueurs développent leur empire immobilier et tentent de construire les tours les plus prestigieuses de la ville.



Un peu plus loin, j'aperçois encore Roberto Fraga (dont j'ai déjà parlé avec Captain Sonar sur le stand Matagot), déguisé en chimiste fou, quoique sa perruque me fait plutôt penses au Doc' Brown du film "Back to the Future" :-)

Roberto anime donc une table de Dr Eureka. Un jeu qui paraît fou-fou quand on regarde la photo, mais qui demande malgré tout pas mal de concentration pour parvenir à gagner quelques points de victoire.

Dans Dr Eureka, chaque joueur tente de reproduire les mélanges décrits sur la carte (que montre Roberto), en faisant glisser les boules d'ingrédients d'une éprouvette à l'autre. Le joueur le plus rapide pour effectuer les bons mélanges gagne la carte, et on passe ensuite à un nouveau mélange.



Quel talent ce Roberto, ainsi que son épouse Florence qui l'accompagne dans tous ses délires ludiques! Le plus bel exemple est pour Doctor Panic, puisque Florence est infirmière et a pu suggérer des idées d'actes médicaux que Roberto s'est empressé de... déformer pour en faire un jeu loufoque.

Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | Page suivante