Panier Mon panier
0

Elysium

Galerie photo | L'avis de NIM | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Collections | Liens utiles | Commentaires

Vous incarnez un demi-dieu ambitieux qui cherche à prendre place au sommet de l’Olympe. Pour parvenir à vos fin, vous recrutez des héros, rassemblez des artefacts et entreprenez des quêtes héroïques. Parmi les huit dieux de l'Olympe disponibles dans la boîte de jeu, vous en choisirez cinq pour jouer une partie du jeu, ce qui permettre de varier assez fortement le style de jeu d'une partie à l'autre. Au cours des cinq tours de jeu, vous allez construire de puissantes combinaisons, grâce aux interactions entre les différents dieux. Mais cela ne suffira pas! Pour écrire une légende, il est indispensable d’envoyer vos cartes dans l’Elysium, le lieu de repos des héros, où elles perdront leurs capacités. Il faudra donc sacrifier vos cartes avec discernement et défaire certaines combinaisons car seules les cartes de l’Elysium vous rapporteront des points de victoire.

Un jeu de Brett Gilbert, Matthew Dunstan,
illustré par Emmanuel Roudier, Éric Bourgier, Vincent Dutrait,
édité par Space Cowboys (2015)

Boardgames Australia (AUSTRALIE)
Finaliste Best Australian Game (2017)
Spiel des Jahres (ALLEMAGNE)
Finaliste "Experts" (2015)
Prix:45.00 €
Disponibilité:Non disponible
Cote cœur joueurs: (2 avis)
Joueurs:2 - 4
Âge:à partir de 12 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de développement et de combinaisons de cartes
Thèmes:Antiquité
Histoire
Mythologie
 
Complexité:   complexe
Réflexion:   concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:   interactif
Convivialité: calme  
Contrôle:    
Thème:    
Graphisme:   admirable graphisme
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société de stratégie
Top Jeux de société les plus beaux
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un ado (12-16 ans)
Jeux de société - pour 2 joueurs

Galerie photo


Une superbe couverture


Vue d'ensemble du matériel de jeu



Le jeu propose 8 familles de cartes, correspondant à 8 dieux de l'Olympe. Vous en choisirez 5 pour jouer une partie. Au hasard, ou selon vos goûts, ou encore selon l'un des "packs" suggérés dans les règles du jeu en fonction du style de partie souhaité. Notez que toutes les familles de cartes sont illustrées par des artistes différents: on ne se refuse rien chez les Space Cowboys et c'est vous qui profitez de ce bijou ludique.

L'avis de NIM

En quelques jeux, l'équipe des Space Cowboys est parvenue à attirer le feu des projecteurs: chacune de ses parutions est attendue et sujette au buzz dans la petite sphère ludique. Difficile de leur reprocher. D'abord parce que c'est le fondement même du métier d'éditeur. Mais aussi, les Space Cowboys ont largement prouvé que chaque jeu est bichonné de bout en bout: de l'ajustement de la mécanique de jeu jusqu'à la réalisation graphique et matérielle. Splendor et Black Fleet sont là pour vous en convaincre.

Elysium n'échappe pas à la règle. C'est un magnifique objet, magnifiquement présenté, depuis le rangement intérieur de la boîte en forme de temple grec, les pions personnalisés et agréables à manipuler, l'iconographie très claire jusqu'à la pléthore de cartes, illustrées par 8 illustrateurs différents, chacun son dieu grec et sa propre atmosphère. Côté mécanique de jeu, ça ronronne comme un moteur parfaitement rodé. En bref, le vrai critère pour vous est de savoir si vous aimez ce style de jeu de développement à base de cartes, et pour le reste, faites-leur confiance!

Le principe du jeu - Le but du jeu est de récolter un maximum de points de victoire, en collectant et combinant des cartes. Les cartes se caractérisent par:

  • Un critère d'achat,
  • Un pouvoir que vous pourrez temporairement exercer,
  • Une couleur et une valeur que vous devrez combiner pour produire des points de victoire.

Il y a 8 decks de cartes dans la boîte. Chaque deck a sa propre couleur, et correspond à un dieu grec avec son style particulier. Pour le plaisir des yeux, chaque deck est illustré par un dessinateur différent. Au début d'une partie, les joueurs se mettent d'accord sur les 5 decks utilisés pour la partie. La règle du jeu propose différents sets selon le style de jeu recherché: il y a un premier set pour découvrir le jeu, puis d'autres sets sont proposés en fonction de votre envie d'interaction directe, de possibilités de combos etc.

L'originalité principale d'Elysium, c'est que les cartes que vous allez récolter vont connaître deux phases de vie.

La première phase, c'est l'arrivée des cartes dans votre DOMAINE, au-dessus de votre bandeau de jeu. Dans cette phase, les dieux sont actifs sur terre, et vous pouvez exercer le pouvoir des cartes. Il y a des pouvoirs immédiats (qui se déclenchent au moment où vous prenez la carte), des pouvoirs permanents, des pouvoirs que vous pouvez déclencher une fois par manche ou une fois sur la partie etc.

La deuxième phase, c'est le transfert des cartes de votre DOMAINE vers votre ELYSIUM, en-dessous de votre bandeau de jeu. C'est la phase qui suit le passage des dieux sur terre et où les légendes se construisent. Les cartes perdent donc leur pouvoir, et vous devez les assembler (c'est ce qu'on appelle l'écriture des légendes) par groupes de couleurs ou de valeurs identiques de façon à récolter des points de victoire en fin de partie.

Le coeur d'Elysium est là: vous devez d'abord choisir les bonnes cartes pour leur pouvoir et leur potentiel de points de victoire dans l'Elysium, et ensuite choisir le bon rythme de transfert des cartes vers l'Elysium, c'est-à-dire le moment où vous renoncez à leur pouvoir pour produire des points de victoire.

L'autre originalité d'Elysium, c'est la dynamique des tours de jeu pour l'acquisition des cartes dans votre domaine et leur transfert dans l'Elysium:

La partie compte 5 manches, ce qui est très peu! Au cours de chaque manche, chaque joueur doit acquérir 3 cartes et une quête.

Quand vient votre tour de jeu, vous devez prendre:

  • soit une carte dans l'Agora: c'est la pioche de cartes visibles au centre de la table, que l'on a remplie au début de la manche. Vous posez cette carte dans votre domaine, et vous pouvez donc profiter de son pouvoir.
  • soit une quête: ce sont des cartes particulières, numérotées de 1 à 4, qui déterminent deux choses:
    • d'abord vos actions de fin de manche: un gain de points de victoires et/ou en pièces d'or, et une capacité de transfert de cartes vers l'Elysium.
    • ensuite votre position dans le tour de jeu pour la prochaine manche.

Pour pouvoir prendre une carte ou une quête, il y a une condition à remplir (le prix à payer, si vous voulez): posséder la ou les colonnes de la couleur indiquée sur la carte. Au début de la manche, chaque joueur reçoit une colonne de chaque couleur: rouge, jaune, vert, bleu. Au premier tour, vous pouvez donc prendre la carte ou la quête de votre choix, puisque vous possédez toutes les colonnes possibles. Mais après vous êtes servi, vous devez défausser une colonne de votre choix. Par exemple, vous pouvez prendre une carte qui demande une colonne bleue, et ensuite défausser votre colonne verte. Avec un tel choix, vous pourriez prendre une autre carte qui demande une colonne bleue au tour suivant si vous le vouliez.

C'est donc là l'autre dimension stratégique d'Elysium: en défaussant une colonne, vous donnez une indication à vos adversaires des cartes auxquelles vous renoncez. Vous devez donc chercher une bonne séquence de pioche de cartes et de défausse de colonnes pour satisfaire vos envies. Par ailleurs, et avec un peu d'expérience, vous pouvez aussi observer les libertés de vos adversaires pour ajuster vos priorités. Mieux encore, vous pouvez tenter de bloquer un adversaire! C'est-à-dire l'empêcher d'acquérir quoi que ce soit avec la ou les colonnes qui lui restent. Mais curieusement, il arrive que cette situation de blocage arrange votre adversaire... mais je ne vais pas me lancer ici dans les méandres stratégiques d'Elysium, sachez simplement que les choix tactiques et stratégiques sont énormes.

Le verdict - Je ne vais pas vous cacher qu'une première partie d'Elysium se joue dans le brouillard. Le même genre de brouillard qu'une première partie de 7 Wonders. Les possibilités de développement sont tellement riches qu'il faut de l'expérience pour saisir un fil conducteur. Mais plus on avance, plus les possibilités se dessinent: on commence à lire la combo recherchée par un joueur, ou la carte attendue pour compléter une légende qui rapporte beaucoup de points de victoire. Dès que la capacité de lecture du jeu apparaît, alors l'interaction entre les joueurs apparaît également. Les joueurs qui vous disent que l'interaction est faible dans Elysium n'ont probablement pas joué plus qu'une ou deux parties. Et lorsque vous parvenez enfin à lire le jeu, et vos adversaires également, le régal commence.

L'autre point fort d'Elysium, c'est la possibilité de changer la physionomie du jeu en changeant le set de 5 dieux utilisés pour une partie.

Elysium est forcément comparé à 7 Wonders, puisqu'il s'agit de deux jeux de développement, à base de cartes, sur thème antique. Ils ont au moins un point commun: ce sont deux jeux géniaux pour amateurs de réflexion et de stratégie. De mon point de vue, je dirais que 7 Wonders est plus fluide (parce qu'il se joue en simultané) au prix d'une interaction plus faible que celle d'Elysium, mais il me semble aussi plus accessible. Par contre, Elysium est donc plus riche, plus interactif, plus calculatoire, mais au prix d'une plus grande complexité et d'une moindre fluidité (puisque l'on joue chacun son tour et que les choix sont cornéliens). Il y en a donc pour tous les goûts, et je dirais de toute façon que les deux jeux ne font pas doublon!

Les raisons d'aimer

  • Une présentation magnifique, tant du point de vue graphique que matériel
  • Beaucoup de variété grâce aux 8 dieux proposés dans la boîte, alors qu'il en suffit de 5 pour une partie
  • Grande richesse tactique et stratégique, et des choix cornéliens
  • Un régal pour amateurs de "combos" de cartes
  • L'originalité de la "double vie" des cartes
  • L'originalité de l'acquisition des cartes contrainte par la possession de colonnes que l'on doit défausser une à une

On pourra reprocher

  • Il y a un certain apprentissage et la première partie se joue en grande partie dans le brouillard, ce qui fait que si vous connaissez le jeu et que vous le faites découvrir à des amis qui ne le connaissent pas, il faudra faire preuve d'un minimum de pédagogie pour qu'ils en profitent

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

metitloup

16 avis - 25 notes - 19ème contributeur
posté le 10/03/2015

Il tient ses promesses

Une mécanique originale, on paye un coût en couleur de colonne mais on défausse ce qu'on veut, on regarde le jeu des autres pour les embêter dans leurs emplettes, ce qui crée une assez bonne ambiance. Le principe est simple on choisit trois cartes et un objectif ensuite on crée des légendes(3 cartes de la même famille 1-2-3 ou 5 cartes du même niveau) en payant mais l'argent ne coule pas à flots ... Les rebondissements sont nombreux et inattendus parfois. On peut facilement pourrir la tactique de l'autre. Un jeu court (5 tours). D'un niveau de complexité égal d'après moi à un 7 wonders ou un splendor. Les parties sont renouvelées à chaque fois car on choisit 5 des 8 familles. Beaucoup des plaisir (partagé d'ailleurs) à jouer avec ce jeu. Une belle boîte bien présentée en forme de temple mais des rangements parfois un peu trop profonds... Une belle réussite.

Nombre de parties: beaucoup de parties jouées (plus de 5)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

rolft TOP 10 CONTRIBUTEURS

114 avis - 114 notes - 2ème contributeur
posté le 24/05/2015

Point de bascule

La grosse originalité du jeu est ce fameux point de bascule : à savoir quelles cartes basculer dans son Elysium. Ceci permettra d´engendrer des points de victoire en fin de partie mais rendra le pouvoir de la carte caduque (cf Abyss). Le grand bémol est le manque d'ergonomie et de lisibilité de l'ensemble. En effet, même si l'interaction est grande, cela reste un jeu d'optimisation individuel. A une première partie lire le texte chez soi et chez les autres n'est pas une mince affaire et la surcouche de sources de points de victoire n'aide pas à estimer qui est en tête. Je rêve que le mécanisme de transfert de cartes soit réutilisé à l'avenir dans un jeu plus épuré à la Splendor.

Nombre de parties: quelques parties jouées (2-5)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Reportage photo

Consultez les 5 photos de reportage de "Elysium". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Les collections des joueurs

Les joueurs du site ont classé le jeu dans les collections suivantes:

Liens utiles

Vos commentaires

Li-An

posté le 09/03/2015 16:22:32

J'espère qu'on aura droit à un avis plus circonstancié parce qu'il m'intéresse celui-là !

Li-An

posté le 06/04/2015 20:02:30

Merci pour le développement. Je suis toujours aussi indécis sur ce jeu. Je n'arrive pas du tout à voir si ça va me plaire et surtout plaire à mon entourage :-) Il faudra que je le voie en action peut-être...

Édouard (non connecté)

posté le 25/05/2015 02:54:39

Combien de joueur et combien de temos car <60min c'est trop vague ?

Nicolas Maréchal

posté le 25/05/2015 08:43:32

Bonjour,
Sur la première partie (et quelques suivantes selon la manière de jouer de chacun), vous passerez largement les 60 minutes. Avec l'habitude 60 minutes me semble une bonne durée à 4. Je n'ai pas grande expérience du jeu à 2 (une seule partie), mais au vu de la structure du jeu la partie doit être pratiquement deux fois plus courte.