Panier Mon panier
0

Last Bastion

Galerie photo | | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Liens utiles | Commentaires

Une poignée de héros vient de dérober les puissantes reliques de la Reine Funeste. Sans celles-ci, l’immortelle est affaiblie; les récupérer est désormais son seul but. Retranchés dans le Bastion des Rois Anciens, les Hauts Mages tentent de les détruire, pendant que les héros défendent le lieu au péril de leur vie. Inlassablement, les hordes menées par des Seigneurs de Guerre prennent d’assaut les remparts. Si cette citadelle tombe, c’est toute une civilisation qui sera balayée, tout un monde qui plongera dans le chaos…

Un jeu de Antoine Bauza,
illustré par Nastya Lehn, Pierre Lechevalier,
édité par Repos Prod (2019)

Prix:45.00 €
Disponibilité:En stock
Votre avantage:❤ 22 points de fidélité (explication)
Ajouter au panier
Cote cœur joueurs: (1 avis)
Joueurs:1 - 4
Âge:à partir de 14 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de coopération et de stratégie
Thèmes:Fantastique
 
Complexité:   complexe
Réflexion:   très concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:   très interactif
Convivialité:    
Contrôle:    
Thème:    
Graphisme:   admirable graphisme
Matériel:   excellent matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société pour un ado (12-16 ans)
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société de stratégie
Top Jeux de société de coopération
 
Autres sélections:Jeux de société - pour 2 joueurs
Jeux de société - les plus beaux

Galerie photo



Les magnifiques illustrations de cartes

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

Vik TOP 10 CONTRIBUTEURS

41 avis - 49 notes - 1er contributeur
posté le 11/11/2019

La dernière baston avant la fin du monde

On prend les mêmes et on recommence. Les mêmes quoi? Vous avez déjà joué à Ghost Stories? Si oui, n'allez pas plus loin, c'est la même chose avec quelques différences pour lier au thème, mais la cinématique de jeu reste la même. Ce qui n'en fait surtout pas un mauvais jeu, bien au contraire. Pour les autres, attachez votre ceinture, et en route pour l'aventure, allons latter du monstre!

Vous avez le choix entre 8 personnages, 4 hommes et 4 femmes, chacun ayant sa figurine non dénudée ni sexualisée pour les membres féminins. Il est important de le souligner, car dans le domaine de la fantasy, cet écart peut être vite franchi. Cette fois, les personnages ne sont pas liés à leur couleur, et vous pouvez vraiment composer votre équipe comme vous le désirez, grâce aux figurines qui se clipsent sur les socles de couleur. Bonne idée. Chaque personnage a bien sûr des capacités différentes, mais je pense que certaines équipes fonctionnent mieux que d'autres. Le jeton Yin Yang est remplacé par le jeton Appel aux Armes, qui vous permet d'utiliser gratuitement les effets d'une tuile, même si elle est sous l'Emprise du Mal. Bien entendu, il sera possible de récupérer ce jeton si vous battez des monstres qui vous octroieront cette récompense.

Puisque l'on parle des monstres, comme dans Ghost Stories, ceux-ci possèdent différents effets. Ils ont bien sûr des couleurs différentes, et les effets en jeu selon 3 icônes, de gauche à droite: l'effet à l'arrivée du monstre sur le plateau, l'effet permanent ou récurrent, qui peut être bien pénalisant parfois, et l'effet de sortie (quand vous le battez), qui peut être soit une action positive, comme de pouvoir récupérer un jeton d'une couleur nécessaire pour battre les monstres, ou lancer un dé de corruption, qui vous donne des effets négatifs (perdre 1 point de vie, perdre un jeton de couleur, etc.). Pour battre les monstres, il faut lancer 3 dés (1 dé de plus pour le nain, voire des dés en moins selon les effets de certains monstres, oui, oui), et réussir à avoir le bon nombre de dés de couleur par rapport aux monstres à battre. Il est possible d'utiliser vos jetons de couleur pour compenser ceux qui manquent et si d'autres personnages sont sur votre case, ils peuvent également vous aider de la même manière.

Les fantômes de Ghost Stories sont remplacés par des crânes qui symbolisent l'Emprise du Mal, et qui peuvent bloquer les capacités spéciales des joueurs, ou les effets des tuiles. Attention, au bout de 3 crânes sur les tuiles, les joueurs ont perdu. Il faudra donc être bien attentif à la progression de ces effets néfastes.

A chaque tour de jeu, le joueur peut se déplacer, et agir, c'est à dire, soit utiliser les effets de la tuile bastion où il se trouve, soit combattre. L'ordre de ces actions est au choix du joueur.

Les joueurs gagnent s'ils arrivent à battre le Seigneur de Guerre avant la fin du paquet (8 tours, voire moins selon les effets des monstres arrivés en jeu). Ils perdent s'ils n'ont plus de PV ou si 3 Emprises du Mal sont placées sur les tuiles. Ils perdent également si une carte de monstre doit être piochée et que la pioche est vide.

Alors verdict? Vendu comme plus facile à jouer que Ghost Stories, on s'est quand même fait éclater en mode Novice. La faute à quelques jets de dés un peu foireux, même si pourtant toutes les chances étaient de notre côté et de quelques enchaînements d'arrivée de monstres difficiles à gérer (impossibilité d'utiliser nos jetons de couleur et 2 dés de combat en moins, ça calme). Cela dit, ce sont les aléas du hasard des cartes. Couplé aux caprices des dés, on peut avoir quelques surprises. Cela crée toujours son lot de tension pour réussir les différentes actions et la phase de pioche des cartes est également stressante.

Au niveau du matériel, il y a un gros plus par rapport à Ghost Stories, les tuiles Bastion sont entourées d'un plateau qui les maintient bien comme il faut, sur lesquels se greffent aussi les plateaux des joueurs, très rigides. Comme je l'ai dit, chaque personnage a sa figurine, et il y a quelques petits trucs en plus comme le porte-étendard pour poser l'étendard de couleur qui fait affaiblir les monstres de cette famille (un peu too much, mais ne crachons pas dessus quand même).

En terme de rejouabilité, il y a de quoi faire. Entre les 4 héros à choisir entre 8, les différents Seigneurs du Mal, le hasard des cartes et des tuiles Bastion, chaque partie sera différente.

Le livre des règles a gagné en clarté par rapport à Ghost Stories.

La question qui peut se poser est: si j'ai Ghost Stories, est-ce que c'est intéressant de jouer à Last Bastion? A vous de voir, sachant tout de même que 90% des éléments de Ghost Stories se trouve dans Last Bastion. Si vous avez l'habitude de jouer au 8 Américain, achèterez-vous le Uno? A vous de voir. Je n'ai de loin pas tout énuméré les différences qu'il y a entre les deux jeux, cela ne révolutionne pas le gameplay principal.

Le jeu est vraiment très plaisant, et peut-être que la fantasy parlera mieux à certains que la Chine médiévale. Sur le thème du jeu coopératif, Ghost Stories était un incontournable et je pense que Last Bastion le deviendra aussi.

Nombre de parties: une partie jouée (1)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Reportage photo

Consultez les 10 photos de reportage de "Last Bastion". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Liens utiles

Vos commentaires