Panier Mon panier
0

20/10/2011: Essen 2011: la fête des jeux de société

Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | Page suivante

Gameworks

Je suis toujours curieux de découvrir les jeux chez Gameworks. Sur le stand, Sébastien Pauchon et Malcolm Braff ont assuré l'animation pratiquement à temps plein.

Avec ma petite famille, nous avons joué une partie des deux nouveautés présentées par Gameworks cette année:

Tschak (jeu de cartes tactique, de Dominique Ehrhard)

Tschak se présente dans une petite boîte du même format que Sobek ou Jaipur (du même éditeur). C'est un jeu de cartes, dans lequel les joueurs vont grimper dans un donjon pour y rencontrer des monstres et des trésors. Le but, bien entendu, est de gagner les trésors et échapper aux monstres. Les trésors font gagner des points, les monstres en font perdre.

Le principe est tout simple: sur les trois premiers étages du donjon, les joueurs vont à chaque fois choisir une équipe d'aventuriers (par programmation secrète d'un trio de cartes dans la main). Après révélation des équipes, le joueur le plus fort gagne le trésor et le plus faible "gagne" le monstre. Au quatrième étage, chaque joueur révèle sa dixième et dernière carte, et reçoit 3, 2, 1 ou 0 pièces d'or, en allant du plus fort au plus faible aventurier.

Ca, c'est pour une manche du jeu. On en joue autant qu'il y a de joueurs, avec un petit truc astucieux, c'est que chaque joueur passe son jeu à son voisin. Et ainsi, tous les joueurs jouent toutes les mains de cartes. Par contre, les monstres et les trésors continuent à être piochés au hasard. On ne peut donc pas vraiment dire que ce système permet de mesurer celui qui a le mieux utilisé les mains de cartes: on pourrait tomber sur la plus mauvaise main dans le plus gros donjon.

Je dois avouer que nous n'avons pas été inspirés par Tschak. La mécanique nous a semblé trop déconnectée du thème, le jeu trop chaotique (ce qui aurait été excusé si le thème et l'ambiance avaient été plus présents). Mais je ne voudrais pas le rejeter après une seule partie, je donnerai donc une autre chance à Tschak après le salon.

Bonbons (jeu de mémoire familial)

Ca, c'est ce que j'appelle un packaging du tonnerre. Bonbons ressemble à une vieille boîte, aux couleurs pastelles un peu désuètes, mais ça lui donne un charme fou. Dans la boîte, on trouve des cartes rondes et carrées illustrées de bonbons acidulés. Des vrais cauchemars pour dentistes, mais franchement ils sont à croquer!

L'autre bonne nouvelle, c'est que Bonbons ressemble à un jeu de Memory (que l'on offre plutôt à des petits bouts) adapté en version "jeu familial" de manière très astucieuse.

La jolie boîte de bonbons.

Découverte de Bonbons en famille.

Ludically

Quand je pense à Ludically, je pense forcément à Chris Boelinger, co-fondateur de cette petite maison d'édition. Chris est un personnage incroyable. Incroyable parce qu'il a toujours 1000 plans dans la tête et une bonne centaine en chantier... au moins! Et avec ça, un enthousiasme et une pêche en permanence. Chris est un touche à tout. Avec le succès de son jeu Dungeon Twister, il a enchaîné les extensions, puis une refonte de son jeu en édition à son propre compte, puis un clip 3D mis en musique, chorégraphié, dansé, chanté par lui, puis un jeu vidéo qui fait le buzz, maintenant une BD en cours de réalisation et, qui sait, on parie que son rêve d'en faire un film se réalisera un jour?

Chris proposait deux jeux sur le salon: le premier encore à l'état de proto s'appelle Archipels, un jeu "à l'allemande" qui a méchamment séduit tout ceux qui l'ont essayé. Le second s'appelle Sarena...

Sarena (un jeu de réflexion et de bluff, abstrait, de Chris Boelinger)

Sarena est un jeu de réflexion comme Kris Burm (l'auteur de GIPF, DVONN...) aurait été fier d'en inventer. D'ailleurs, Kris a été le premier a essayer le jeu sur le salon d'Essen (c'était un Chris contre Kris).

Mais c'est aussi un jeu de bluff. Car chaque joueur reçoit une couleur secrète en début de partie, et le but est de contrôler autant de tours de pions que possible à la fin de la partie.

L'originalité du jeu, c'est que les pions sont bicolores... et peuvent twister! (bon, pour être plus précis, se retourner).

J'ai eu la chance d'en essayer une partie, en compagnie de Chris et d'une charmante animatrice Ludically. J'ai beaucoup aimé, et ce n'est pas seulement parce que j'ai gagné ;-) La mécanique est originale et le bluff, a deux joueurs, a une très grande importance.

Le jeu peut aussi se jouer à trois ou quatre joueurs, mais dans ce cas il est très différent, le côté stratégique diminue et devient plutôt un jeu d'amusement léger en famille.

A noter aussi que le jeu est très bien réalisé, et de fabrication allemande.

Gros plan sur Sarena

Sarena en action, petite pause photo. Je joue les tours noirs, mais mon adversaire ne semble pas encore l'avoir détecté...

Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | Page suivante