Panier Mon panier
0
Panier

Kanagawa

Galerie photo | L'avis de NIM | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Collections | Liens utiles | Commentaires

Chaque joueur est un élève artiste peintre, qui doit partager son temps entre approfondir son apprentissage pour gagner l'accès à des actions du jeu, et réaliser une oeuvre qui devra rapporter autant de points de victoire que possible.

Un jeu de Bruno Cathala, Charles Chevallier,
illustré par Jade Mosch,
édité par Iello (2016)

Prix:25.30 €
Disponibilité:En stock
Votre avantage:❤ 12 points de fidélité (explication)
Ajouter au panier
Cote cœur joueurs: (3 avis)
Joueurs:2 - 4
Âge:à partir de 10 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de cartes et de développement
Thèmes:Art
Asie
Japon
Peinture
 
Complexité:    
Réflexion:   très concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:   interactif
Convivialité: calme  
Contrôle:    
Thème:   immersif
Graphisme:   admirable graphisme
Matériel:   excellent matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société pour un ado (12-16 ans)
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société de stratégie
Top Jeux de société les plus beaux

Galerie photo


Je ne peux pas commencer sans souligner la beauté exceptionnelle des illustrations de ce jeu. Un régal.


La grande originalité du jeu: chaque carte peut être utilisée de deux façons. Soit pour approfondir votre apprentissage de la peinture (et obtenir de nouvelles possibilités d'action), soit pour agrandir votre oeuvre.

L'avis de NIM

Kanagawa est un jeu de réflexion/stratégie signé Bruno Cathala et Charles Chevallier. Les deux auteurs ont déjà créé le très beau Abyss ensemble, en 2014. C'est donc un joli parcours que poursuit Kanagawa.

Kanagawa est ma découverte favorite du salon d'Essen 2016 (talonné de près par Kingdomino) car:

  • C'est un jeu très malin, qui combine stratégie et opportunisme,
  • il est interactif (même si au premier abord certains pourraient penser que l'on peut y jouer sans tenir compte du jeu des autres),
  • il est calculatoire mais reste étonnamment fluide (après quelques parties à notre compteur, nous jouons des parties de 2 joueurs en une vingtaine de minutes),
  • il est superbement illustré (par Jade Mosch, je reste en extase devant la magnifique couverture de la boîte), et réalisé (en particulier avec son tablier en osier et ses jolis pots de peinture en bois)

Le principe du jeu - Le thème de l'école de peinture est très original. Et même si vous n'êtes pas un grand amateur de peinture, je prends le pari que vous vous laisserez emporter par la beauté poétique et artistique du thème. C'est vraiment un plaisir d'y jouer.

Nous sommes donc des élèves artistes peintres. Nous suivons encore l'apprentissage du grand maître. D'ailleurs, en cours de partie, il sera très important de suivre son enseignement pour acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de notre grande oeuvre. La traduction de cet enseignement en terme de jeu est que nous allons ajouter des cartes à notre atelier pour obtenir des capacités d'action: nouveaux pinceaux, capacité à dessiner certains paysages etc.

Tout au long de la partie et en fin de partie, le maître évaluera nos compétences sur la qualité de la fresque que nous aurons réalisée, ainsi que sur l'éventail de compétences que nous avons acquises. Traduit en termes de jeu, nous pourrons remplir des objectifs de composition de la fresque ou de capacités d'action dans notre atelier en cours de partie. En fin de partie, nous y ajouterons un score selon la taille et l'harmonie de la fresque.

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessus, le jeu se compose essentiellement de cartes qui ont une double fonction:

  • Une partie de la carte représente un dessin que vous pouvez peut-être ajouter à votre fresque (il faut pour cela avoir la capacité de dessiner le paysage qui y est représenté),
  • L'autre partie de la carte (le côté brun) représente une compétence que vous pouvez ajouter à votre atelier. Vous pouvez toujours ajouter des cartes à votre atelier, il n'y a pas de contrainte. Ces cartes développeront vos compétences, elles vous rapporteront même quelques points, mais c'est surtout votre fresque qui contribuera à votre score final car, comme dit le proverbe, c'est au pied du chevalet que l'on voit le peintre.

Pour résumer le tour de jeu en quelques mots, nous allons poser une rangée de cartes sur le tapis en osier. Chaque joueur pourra choisir de prendre une des cartes (ce qui terminera son tour), ou de poursuivre son enseignement (attendre que l'on pose plus de cartes).

S'il reste des joueurs en lice, nous posons une seconde rangée de cartes (uniquement sur les emplacements où il reste des cartes de la première rangée). Nouveau tour de table pour demander à chaque joueur s'il prend une des colonnes de 2 cartes ou décide de poursuivre encore son enseignement.

Nous plaçons enfin la troisième rangée de cartes, et cette fois tous les joueurs encore en lice doivent prendre une des colonnes de 3 cartes restantes.

Quand un joueur prend un lot de cartes, il les place une à une sur son jeu:

  • Soit dans l'atelier pour augmenter sa capacité d'action,
  • Soit sur sa fresque pour compléter son oeuvre. Pour cela, il doit avoir un pot de peinture à disposition (ce qui limite le nombre de cartes qu'il peut ajouter en un tour) et la capacité de dessiner le paysage de la carte.

Quand le joueur a posé ses cartes, il doit vérifier s'il a rempli certains objectifs. Pour chaque objectif atteint, il doit choisir s'il prend immédiatement la récompense, ou s'il décide d'attendre un objectif plus ambitieux et gagner plus de points. Par exemple, si le joueur a "dessiné" deux personnages différents, il peut choisir de prendre la récompense associée, ou attendre d'obtenir une plus forte récompense pour trois personnages différents, voire trois personnages identiques.

Le verdict - Un régal de beauté, de fluidité et d'intelligence. J'y joue essentiellement à deux joueurs en compagnie de Carine, et nous enchaînons les parties avec un bonheur chaque fois renouvelé. Il est possible de varier les stratégies (on peut jouer en mode "rush" sur la fresque ou en mode optimisation), mais il faut toujours s'adapter car il n'y en a heureusement pas d'universelle.

La pression sur le choix des cartes et les objectifs est au moins aussi forte en mode 4 joueurs, et le jeu reste stratégique et calculatoire. Il est rare qu'un jeu de stratégie ne perde pas de sa superbe en augmentant le nombre de joueurs, et je pense qu'ici Kanagawa reste captivant dans toutes les configurations.

Les raisons d'aimer

  • Une réalisation exceptionnelle tant au point de vue graphisme que matériel
  • Un thème très original, bien utilisé, et dans lequel on se plonge avec plaisir
  • Une combinaison réussie de stratégie et d'opportunisme
  • Les dilemmes multiples: est-ce que je prend les cartes maintenant ou est-ce que j'attend que l'offre augmente au risque de les voir filer dans des mains adverses? Est-ce que je peinds maintenant ou est-ce que je complète mes compétences dans l'atelier? Est-ce que je prends une récompense d'objectif maintenant ou est-ce que je tente d'en satisfaire un plus gros?
  • Une grande fluidité de jeu malgré le côté calculatoire
  • Captivant de 2 à 4 joueurs

On pourra reprocher

  • Il a de faux airs de jeu familial, mais il s'agit bien d'un jeu de réflexion relativement poussé

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

rolft

posté le 15/11/2016

Tour de force réussi

Kanagawa est un jeu de ressources s&#146;inspirant légèrement de Coloretto pour la prise des cartes et d&#146;Augustus pour la manière de scorer la multitude de points de victoires. A priori plus trop mon style mais&#133;

Ce qui m&#146;a particulièrement plu, c&#146;est la double utilisation des cartes qui peuvent servir à la fois de points de victoire ou de moyens d&#146;actions. Du coup, on n&#146;est jamais bloqué et on se sent pousser des ailes au fur et à mesure de la partie. Cette montée en puissance est particulièrement grisante.

Ce qui apparaissait au départ comme un jeu extrêmement calculatoire et technique passe donc tout seul dès la deuxième partie et pourrait même fédérer les allergiques au style.

Nombre de parties: quelques parties jouées (2-5)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

jejouejeuxpartage

posté le 18/08/2017

Cote cœur:

etanmirror

posté le 10/03/2017

Cote cœur:

Reportage photo

Consultez les 11 photos de reportage de "Kanagawa". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Les collections des joueurs

Les joueurs du site ont classé le jeu dans les collections suivantes:

Liens utiles

Vos commentaires

Li-An

posté le 19/05/2017 09:45:29

C?est un peu étrange. Hokusai est connu pour ses estampes (c?est à dire des reproductions imprimées) et là, le pinceau et la technique évoquent plutôt la peinture chinoise ou coréenne. Le comble étant atteint avec des illustrations réalisées sous ordi pour "simuler" la peinture. D?un point de vue purement philosophique, ça me fait un peu grincer des dents.