Panier Mon panier
0

Bombay

Galerie photo | L'avis de NIM | Reportage photo | Autres jeux à voir | Collections | Liens utiles | Commentaires


photo: Ystari

Vous êtes un marchand cherchant la fortune sur les routes de l’Inde! À dos d’éléphant, parcourez le pays et amassez un véritable trésor en achetant les plus belles soieries pour les revendre au prix fort dans les villes. Bâtissez de magnifiques palais, choyez vos clientes, soignez votre renommée et vous deviendrez à coup sûr le plus riche marchand des Indes!

Un jeu de Cyril Demaegd,
illustré par Stephane Poinsot,
édité par Ystari Games (2009)

Cote cœur joueurs:postez un avis
Joueurs:2 - 5
Âge:à partir de 10 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de collecte-livraison
Thèmes:Animaux
Animaux exotiques
Asie
Éléphants
Marché / Bourse
 
Complexité:   complexe
Réflexion:   concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:    
Convivialité: calme  
Contrôle:    
Thème: abstrait  
Graphisme:   joli graphisme
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour joueurs passionnés
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société de stratégie
 
Autres sélections:Jeux de société - pour un ado (12-16 ans)
Jeux de société - pour 2 joueurs

Galerie photo


Vue d'ensemble du plateau de jeu

L'avis de NIM

Le principe du jeu - Bombay est un jeu de "collecte/livraison", c'est-à-dire que les joueurs voyagent sur le plateau pour collecter des ressources en certains lieux et les livrer en d'autres.

La règle de Bombay est d'une grande simplicité:

  • Les joueurs déplacent leur éléphant de lieu en lieu, achètent des ressources au marché (en quantités limitées et selon un cours qui varie d'une manche à l'autre), les revendent en ville (selon un cours qui varie au gré des ventes) et construisent des palais (qui rapportent des taxes pour tout éléphant adverse qui le traverse).
  • Les joueurs gagnent des pièces d'or en vendant les ressources, en récoltant les taxes des palais, et en gagnant divers bonus en fin de partie.

Le joueur le plus riche gagne la partie.

Les illustrations sont belles et "fraîches" (un petit changement par rapport à la mode plus "baroque" des jeux allemands du style à l' Ombre des murailles, Les Piliers de la Terre etc.). Les figurines d'éléphants, qui chargent réellement les petits cubes de ressources dans des paniers, sont magnifiques (surtout l'éléphant rose!).

L'avis de NIM - C'est une curieuse histoire que celle de mon avis sur Bombay. Lorsqu'Ystari Games annonce la parution d'un jeu familial de collecte/livraison, je me suis dit "chouette", voilà un style que j'aime bien et que l'on trouve peu. Mais comment pourrait-il détrôner mon préféré du genre, Himalaya? Bref, j'étais enthousiaste pour le style, mais méfiant pour le plaisir que je pourrais en tirer. Pour épicer l'histoire, Abacus Spiele annonce presqu'en même temps la parution de Valdora, un jeu de Michael Schacht, de collecte/livraison, familial, avec un look très bling-bling qui pourrait faire ombre à Bombay.

Première partie de Bombay. Je respecte à la lettre la configuration de jeu initiale recommandée par l'auteur pour la première partie. Grosse déception pour ma part, le jeu me semble plat, trop court, trop algorithmique. Il faut dire que j'avais choisi une mauvaise orientation de jeu, et au milieu de la partie, je savais d'avance que j'étais fichu. J'ai trouvé ça frustrant. Carine (ma chère et tendre), elle, aime beaucoup et veut aussitôt y rejouer.

Deuxième partie de Bombay (ainsi que toutes les suivantes). Cette fois, nous passons au mode "pro", avec les comptoirs et les jetons de palais dispersés aléatoirement. Et là, l'étincelle apparaît. Nous commençons à saisir la subtilité du jeu, l'intérêt des différents axes stratégiques, les erreurs qui ne pardonnent pas. L'auteur sadique (je dis ça pour rire) a savamment calculé la disposition du plateau pour que chaque tour de jeu soit une frustration (il manque toujours un point d'action!). Chaque minuscule choix de 3 actions par tour de jeu est un nouveau dilemme dont il faut extraire l'huile essentielle. En fait, Carine et moi avons fini par adorer jouer à Bombay. Le nombre de parties jouées en peu de temps (ce qui est exceptionnel dans la mesure où nous avons beaucoup de jeux à "tester") démontre que l'envie d'y revenir est grande.

L'explication de la déception initiale s'explique de deux manières:

  • D'abord, la configuration de jeu recommandée pour la première partie est équilibrée à l'optimum. Elle permet de découvrir le jeu, mais elle est malheureusement aussi pauvre que possible en terme de plaisir. Bombay ne se dompte pas en une unique partie, c'est un(e) ami(e) qui ne vous séduit peut-être pas au premier rendez-vous, mais vous promet une relation plus intense qu'un bref coup de foudre (ouf, je me laisse aller dans l'allégorie). Dans un monde pressé, qui ne s'encombre plus de préliminaires, je crains que beaucoup d'avis négatifs ne soient exprimés en une ou deux seules parties "d'essai". Je n'affirme pas que Bombay DOIT vous plaire, mais qu'il risque de souffrir des clameurs d'opinions rapides. Voilà pourquoi j'ai pris l'option, aux soirées Jeux de NIM, de mettre les joueurs immédiatement en conditions réelles (je fais fi de la configuration de découverte).
  • Ensuite, je pense que Bombay est loin d'être un jeu "familial". Certes, la règle du jeu est très simple, mais le déroulement du jeu proprement dit est impitoyable pour les erreurs de choix. Prendre une mauvaise direction coûte souvent la victoire (à moins de compter sur une nouvelle erreur adverse). Il m'est même arrivé de dire "tu as perdu" dès le premier tour de jeu! Je pense qu'un jeu "familial" serait plus soft envers les erreurs, éventuellement à l'aide de Madame Chance pour rattraper tout ça.

Bombay est comme un bon vin, il bonifie avec le temps. Si vous suivez le site Jeux de NIM au quotidien, vous avez dû voir Bombay passer de 1 étoile à 2 étoiles, puis au top. Bombay rejoint Yspahan au rang des jeux d'Ystari Games auxquels j'ai le plus joué.

Les raisons d'aimer

  • Des illustrations pleines de fraîcheur, des figurines d'éléphant adorables.
  • Une règle simple pour un jeu très profond (j'ai toujours la passion pour les jeux intelligents et épurés).
  • Un jeu qui se dévoile peu à peu, qui a un grand potentiel de renouvellement.

On pourra reprocher

  • Il n'a pas le bling bling qui fait flasher à la première partie, ce qui lui coûte probablement quelques critiques négatives trop superficielles.

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

Reportage photo

Consultez les 17 photos de reportage de "Bombay". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Les collections des joueurs

Les joueurs du site ont classé le jeu dans les collections suivantes:

Liens utiles

Vos commentaires

Sebduj (non connecté)

posté le 17/05/2009 15:50:33

C'est amusant car nous avons eu la même courbe de plaisir avec Bombay, de bof à excellent. Avec des règles aussi simples, c'est clairement un must de par chez nous aussi!

rolft (non connecté)

posté le 23/09/2009 16:13:37

Certaines situations de jeux peuvent laisser perplexes de part le faible nombre apparent de choix possibles à court terme (le côté familial du jeu ?). Mais comme en contrepartie il est quasi possible de planifier toute sa partie au démarrage (quitte à adapter ses actions en fonction des approvisionnements et des actions de ses adversaires), les gamers devraient quand même s’y retrouver. Du coup il constitue un bon jeu dans un format que j’affectionne (timing très serré des actions à réaliser sur une partie) propre à Metropolys et Yspahan.
De plus, vu qu’à chaque partie les différents jetons sont disposés aléatoirement sur le plateau, la durée de vie semble assurée.