Panier Mon panier
0

Qin

Galerie photo | L'avis de NIM | Avis des joueurs | Reportage photo | Autres jeux à voir | Commentaires


photo: Gigamic

Bienvenue dans l’ère des Royaumes combattants de l’Empire du milieu! La gloire attend les bâtisseurs de la dynastie QIN. Chaque joueur, à son tour, crée des provinces en posant des tuiles de couleurs. En jouant astucieusement, les joueurs peuvent agrandir leurs provinces, conquérir des villages et prendre des territoires adverses. Pour marquer chaque province et territoires conquis, les joueurs placent une pagode à leur couleur : le premier à placer toutes ses pagodes remporte la victoire.

Un jeu de Reiner Knizia,
illustré par Dennis Lohausen,
édité par Gigamic (2013)

Cote cœur joueurs: (4 avis)
Joueurs:2 - 4
Âge:à partir de 8 ans
Durée:Moyen (<60 min)
Public:un jeune ado (8-12 ans)
un ado (12-16 ans)
un adulte (16 ans et +)
 
Type:Jeu de placement et conquête
Thèmes:Asie
Chine
Colonisation
 
Complexité:    
Réflexion:   concentré
Stratégie:   stratégique
Interactivité:   interactif
Convivialité: calme  
Contrôle:   contrôle
Thème:    
Graphisme:   joli graphisme
Matériel:   bon matériel
 
Top Jeux de société pour un ado (12-16 ans)
Top Jeux de société pour un adulte (16 ans et +)
Top Jeux de société pour 2 joueurs
Top Jeux de société de stratégie
 
Autres sélections:Jeux de société - pour jouer en famille
Jeux de société - pour joueurs passionnés
Jeux de société - pour un jeune ado (8-12 ans)

Galerie photo


Un magnifique matériel de jeu

L'avis de NIM

Quand Reiner Knizia, l'auteur de perles ludiques comme Tigre et Euphrate, Art Moderne ou encore La Traversée du désert, décide de créer un nouveau jeu à l'attention des amateurs de jeux de stratégie, j'en ai forcément l'eau à la bouche.

Grâce à l'extrême simplicité de sa règle, Qin a la particularité de pouvoir satisfaire un très vaste public d'amateurs de jeux de stratégie, adultes et enfants. Faites le parallèle avec un jeu d'échecs ou de dames, qui ont une énorme profondeur tout en ayant des mécanismes accessibles à tous les âges.

Qin (qu'il faut lire "chin'") évoque l'histoire de l'Empire du Milieu. Son habillage thématique lui permet de s'habiller d'un très joli plateau et de belles pagodes qui vont fleurir sur les provinces naissantes.

Là où je commence à saliver, c'est que Qin est un jeu de contrôle de territoires, un style que j'affectionne. Et pour le coup, j'avoue avoir été comblé.

Le principe du jeu - Le plateau de jeu est composé d'un quadrillage de terrains vierges, de villages neutres que vous pourrez annexer, et de cours d'eau sur lesquels il est interdit de construire. Le plateau est réversible, avec un côté plus simple d'accès (c'est celui que vous voyez en photo) et un côté plus complexe et interactif, car les villages et les cours d'eau y sont plus nombreux.

A côté du plateau, une pioche de tuiles. Chaque tuile est composée de deux cases de couleurs identiques ou différentes. Ce sont les provinces que vous allez développer sur le plateau.

Et enfin, devant chaque joueur, une réserve de pagodes d'une couleur par joueur. C'est ici que se trouve le but du jeu: vous devez être le premier joueur à poser toutes vos pagodes sur le plateau.

Le tour de jeu est d'une grande simplicité. A chaque tour de jeu, vous devez poser une tuile sur le plateau, parmi les trois que vous avez en main, puis piocher une nouvelle tuile.

Selon la tuile posée, vous pourrez poser une ou plusieurs pagodes sur le plateau, et même éjecter des pagodes adverses. Par exemple:

  • Si vous créez une nouvelle province, vous y déposez une pagode pour vous en déclarer le chef. Une provine est une zone d'au moins deux cases de couleur identique connectées entre elles.
  • Si une province atteind une taille d'au moins 5 cases, elle devient une "super province" et vous y empilez une deuxième pagode.
  • Si vous fusionnez deux provinces de tailles différentes, alors le chef de la plus grande province absorbe la plus petite, ce qui lui permet d'éjecter le chef précédent. Il est par contre interdit d'absorber une super province, car celles-ci sont invincibles.
  • Si vous annexez un village neutre pour la première fois, vous y posez une pagode pour en devenir le chef. Si, autour d'un village neutre, vous obtenez un plus grand nombre de pagodes que l'actuel chef du village, alors vous prenez le contrôle du village en y posant une pagode et éjectez le chef précédent.

Le verdict - Qin est un jeu à la fois malin et d'une fluidité extraordinaire. Le jeu est très stratégique à deux joueurs, et plutôt opportuniste à 3 ou 4 joueurs. Mais dans tous les cas, le plaisir est là de dévolopper les provinces un peu partout sur le plateau selon les positions adverses et les tuiles disponibles. C'est un jeu très incisif, dans le sens où vous devez vous fixer l'objectif de placer au moins une pagode à chaque tour, et saisir toutes les opportunités possibles d'éjecter les pagodes adverses. Bref, exactement le genre de jeu que j'adore: un jeu de territoires très interactif.

Les raisons d'aimer

  • Très beau matériel de jeu
  • Une règle très simple et pourtant un jeu très intelligent
  • Un rythme de jeu très fluide
  • Incisif, interactif, voire "rentre dedans"

On pourra reprocher

  • Une part de hasard liée à la pioche des tuiles, ce qui oblige à "faire avec"

L'avis des joueurs

Connectez-vous pour poster un avis

rolft TOP 10 CONTRIBUTEURS

118 avis - 118 notes - 2ème contributeur
posté le 04/12/2013

Fédérateur

Explique en 2 minutes, quin ne dévoilera sa richesse tactique qu'au fil des parties. Au final, nous avon la un excellent jeu de conquête de territoires à base de tuiles.

Nombre de parties: énormément de parties jouées (plus de 20)

Cote cœur:
Graphisme:
Matériel:
Richesse:
Originalité:
Complexité:
Contrôle:
Convivialité:
Immersion:

Altar

0 avis - 81 notes - 25ème contributeur
posté le 03/10/2014

Cote cœur:

Ludodav

0 avis - 40 notes - 39ème contributeur
posté le 01/03/2017

Cote cœur:

bela64

3 avis - 6 notes - 102ème contributeur
posté le 07/04/2014

Cote cœur:

Reportage photo

Consultez les 3 photos de reportage de "Qin". CLIQUEZ ICI.

Autres jeux à voir

Vos commentaires